2 novembre 2009

La Hague: Le village du Thot / Jeanne de Jobourg


<< précédente      suivante >>

Le village du Thot, on y arrive du haut de la falaise.
Au détour d'un virage, au bout d'une dizaine de mètres de route étroite, on fait face à la mer.
Rien que la mer, comme au bout d'un plongeoir.
On s'approche, doucement.
La route continue, abrupte, tourne vers le nord.
Et c'est là qu'on tombe sur ce panorama.
-------------------

Catherine École-Boivin décrit le paysage de La Hague dans son livre, Jeanne de Jobourg, paroles d'une paysanne du Cotentin:

Les bêtes, vaches, chèvres, moutons pâturent dans nos petits clos bordés de haies et fermés de vieilles barrières plates en bois.
Des petits murs de pierre, posées les unes sur les autres, sans même de mortier, ont défié de leur force les tempêtes et le vent fougueux tout au bord de la mer. Nous sommes là en plein bocage. Ils délimitent des terrains depuis des siècles, où se nourissent des moutons de pré-salé qui, en broutant l'herbe inondée d'eau de mer lors des grande marées et des tempêtes, font prendre à leur viande un petit goût onctueux de sel.

-----------------------------------------------------------


We stumbled on the village of Le Thot from the top of the cliffs.
Around a turn on the road, barely wide enough for one car, we face the sea, which looks just a few yards away, nothing but the sea, as if we were at the tip of a diving board.
We proceed, slowly.
But the road continues, steep down, and turns to the North.
And that's when we discovered this view.
-------------------

Catherine École-Boivin describes the landscape La Hague in her book, Jeanne de Jobourg, the words of a country woman from the Cotentin:

The animals, cows, goats, sheep are kept in small fields surrounded by hedgerows, closed with ancient wooden gates.
Narrow walls of stones perched one on top of the other, without any cement, have defied with their quiet strength storms and irascible winds all along the shore.
Here, we are in hedgerow country.
These stone walls have marked the borders between properties for centuries. There, sheep feed on grass covered by seawater during the highest tides and the storms, giving their meat their delicious savor of salt.

3 commentaires:

Pierre a dit…

Je regrette de ne pas avoir poussé jusque là lors de mon voyage en Normandie cet été. Un coin de la région que j'aurais aimé voir.

Laurie a dit…

That looks like a wonderful little village. They have wonderful views. Beautiful shot.

jleparme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.