8 février 2010

Barfleur, vu du phare / On reparle de la Blanche-Nef


<< précédente      suivante >>

Pas facile à trouver, l'accès au phare à Barfleur:
Il faut quitter le village par la route qui longe la côte par le sud, et juste après le pont, prendre une rue étroite à gauche. Elle mène à la digue, et on peut stationner sur le terre-plein sur la gauche, tout près du phare.
Et on est récompensé par cette belle vue sur Barfleur.
-----------------

On a parle ici du naufrage de la Blanche-Nef en 1120, une histoire qui va alimenter pendant des siècles les légendes des chasseurs de trésors de tous horizons.

Un chercheur du CERES Recherches et Expertises sous-marines y succomba aussi:

Robert Stenuit, c’est quasiment le meilleur en cette période de fin des années 1970.
Bien entendu il s’intéresse à la Blanche Nef et son fabuleux trésor, et passe de nombreuses années, comme à son habitude, à rechercher d’abord, dans les archives, avant d’aller plonger.

Moi aussi, bien entendu, étant de la région de tous ces fameux chasseurs de trésors, je me suis moi intéressé au naufrage de la Blanche nef.

Je suis allé plonger de nombreuses fois sur le rocher Quillebeuf, et ai, tout comme Stenuit espéré y retrouver des reliques. surtout qu’après avoir gratté sur le sable, j’ai trouvé ça et là, des morceaux de bois, des chevilles en bronze. Bref des morceaux d’épaves.

Pour moi le trésor n’était pas loin !

Et puis un jour, j’ai fait la connaissance de Robert Stenuit et nous sommes devenus amis.

Je lui parle bien évidemment de la Blanche Nef, et il sourit en me racontant sa propre histoire. Comment après des années de recherches en archives il est arrivé à cette terrible conclusion :

Le navire et son trésor ont été renfloués !

Et là de me citer Orderic Vitalis et son Histoire ecclésiastique :

"Quand les marins de la cote ouirent la nouvelle du désastre, il s’en furent en quête du navire naufragé qu’ils tirèrent au rivage avec tout le trésor du roi et on retrouva presque tout ce qui avait été en le navire, à l’exception des hommes".

La déception fut grande, et j’ai alors compris que j’avais trouvé les restes d’un autre naufrage bien plus récent : La luna !



Not easy to find, the way to the lighthouse at Barfleur:
You leave town by the coastal road to the south, and just after the bridge, you turn left into a narrow street which leads to the jetty. You can park at the dirt landing on the left, just next to the lighthouse.
Your reward will be this view of Barfleur.
-----------------

We spoke here about the sinking of the Blanche-Nef in 1120, a story that will feed the legends of the treasure hunters for centuries.

A researcher at the CERES, the center for undersea research, fell under its spell:

Robert Stenuit, he was the best at that time, in the late 70s.

Of course, the Blanche-Nef sparked its interest, and for many years, he did a lot of research in the archives before diving.

And me, of course, being from the area where all these treasure hunters came from, I got interested in the Blanche Nef.

I dove may times over the Quillebeuf reef, and I, just like Stenuit, hoped to find a few things in the sand. And indeed, after scratching the surface here and there, I found pieces of wood, and a few bronze pegs.

Pieces form the wreck!

The treasure could not be far off!

And then one day, I met Robert Stenuit and we became friends.

Of course, we got to talk about the Blanche Nef, and he smiled while telling me his own story: After years of research, he solved the puzzle:

The Blanche-nef and its treasure were pulled out of the water.

To proof his point, he quoted Orderic Vitalis and his Ecclesiastic History:
"When the local sailors heard about the sinking, they went out to look for the ship, and pulled it to the shore with all the Kings' treasure, and nearly everything was found, except the passengers and crew."

I was devastated, and realized that what I had found came from a much more recent wreck, that of La Luna.

2 commentaires:

Pied Crow a dit…

Great story and a nice-looking little port.

Michele Letenneur a dit…

Bonjour, juste un petit détail : on ne quitte pas le village pour aller au petit phare : est est toujours à Barfleur !
Signé : "une habitante de la petite rue étroite qui mêne au phare " (sans rancune !