3 février 2010

St-Vaast-la-Hougue: L'avant-port / Bataille de la Hougue: Les épaves


<< précédente      suivante >>

La dernière fois qu'on était à St-Vaast-la-Hougue, la mer était basse.
Cette fois, la mer monte, et dans l'avant-port, les chalutiers se redressent peu à peu.
-----------------


Le 2 juin 1692, à l'issue des batailles de Barfleur et de la Hougue qui virent s'opposer la flotte de Louis XIV, emmenée par l'amiral Tourville, aux escadres coalisées anglo-hollandaises, douze vaisseaux français, venus chercher refuge en rade de la Hougue, près du port de Saint-Vaast-la-Hougue, sur la côte nord-est du Cotentin, furent incendiés par les brûlots et les explosifs des chaloupes anglaises. Dans les années qui suivirent la perte des vaisseaux, d'intenses campagnes de récupération méthodique, orchestrées directement depuis Versailles, furent menées sur les épaves. Canons de " fonte verte ", tonneaux de poudre, espars et accastillage divers purent ainsi être récupérés et acheminés vers les entrepôts du royaume.

Réservoir inopiné de bois et de fer pour les populations côtières et zone de prédilection des pêcheurs pour y mouiller leurs engins de pêche, ces épaves tombent pourtant peu à peu dans l'indifférence, voire l'oubli, jusqu'à leur redécouverte officielle en 1985, quand elles furent déclarées aux Affaires Maritimes. Des recherches systématiques furent alors entreprises.

Les épaves de cinq vaisseaux de ligne de premier rang, soit les plus grands de la marine du Roi, sont situées par faible profondeur, en arc de cercle au pied de l'île Tatihou, sur un fond de sable coquillier. Armés chacun de 80 à 84 canons, ils possédaient tous des caractéristiques nautiques équivalentes. Leurs dates de lancement s'étalonnent entre 1665 et 1692, dates contemporaines de la réforme entreprise par le ministre Colbert puis ses successeurs pour améliorer la flotte royale. Construits dans les trois principaux arsenaux du royaume de Toulon, Rochefort et de Brest, issus des mains de quatre maîtres charpentiers (le hollandais Gédéon Rodolphe, le provençal François Chapelle, le rochefortais Honoré Malet et le génois Blaise Pangalo), l'étude archéologique de leurs vestiges offre en outre la possibilité d'appréhender l'ensemble des méthodes, des techniques et des procédés de construction utilisés en ce dernier tiers du XVIIe siècle.




The last time we saw the jetty at St-Vaast-la-Hougue, it was low tide.
This time, the sea is rising, lifting the trawlers from the sandy bottom.
-------------

On June 2 1692, at the end of the Battle of Barfleur, which opposed the French Royal Navy of Louis XIV, commanded by Admiral Tourville, to the anglo-dutch fleet, twelve French warships found refuge in the bay of La Hougue, just outside the port of Saint-Vaast-la-Hougue, on the North-East coast of the Cotentin peninsula. They were all destroyed by English fireships and longboats laden with explosives.

In the following years, the French government orchestrated the recovery of whatever was of military value from the wreckage, Bronze cannons, barils of gunpowder, spars and sections of decking, which found their way into the royal warehouses.

The wrecks became a source of wood and iron, and a favorite fishing spot for the local population. But they soon were forgotten, until 1985, when they were officially rediscovered, a process which involved alerting the Ministry of Maritime Affairs. Shortly after, a systematic study of the site took place.

Five large warships, some of the biggest in the French Royal Navy, sunk in shallow water, in an arc around the island of Tatihou, on sandy bottom covered with shells. They carried from 80 to 84 guns, and were very similar in their architecture. They had been built between 1665 and 1692, as part of Colbert's plans to improve the navy, in the three main shipyards in France, Toulon, Rochefort and Brest, by the best naval carpenters of the time, Gédéon Rodolphe, a Dutchman, François Chapelle from Provence, Honoré Malet from Rochefort and Blaise Pangalo from Genoa.

The archeologic study of the remains presents a chance to catalog the construction methodology and the techniques in use at the end of the 17th c.

5 commentaires:

Sharon Van Lieu a dit…

I am really enjoying your work, Claude. I admire this photograph because of the way you used tones to make a cohesive composition. Excellent!

Sharon

Charles a dit…

Love the boats. Nice shot.

Claude a dit…

Thank you, Sharon and Charles, I appreciate your comments.

paolo a dit…

very nice serene view !

eric a dit…

tres belle composition bravo !